Comment une personne peut devenir syllogomane?

Appelée aussi Syndrome de Diogène, la syllogomanie est le caractère de celui qui rassemble des objets sans considérer, ni savoir, son utilité et sa dangerosité. En 2013, l’APA ou Association Américaine de Psychiatrie a constaté un taux de 2 à 6 % de ce trouble mental chez les adultes et un taux de 2 % chez les adolescents, avec une faible domination chez les jeunes femmes. En fait, la syllogomanie a une corrélation avec le TOC ou trouble obsessionnel compulsif. Elle apparaît depuis l’adolescence et s’aggrave avec les années, surtout quand la victime est toujours soumise à des chocs émotionnels.

Comment une personne peut être atteinte de syllogomanie ?

La syllogomanie est parfois, la conséquence d’un choc, d’une condition de vie malsaine, d’un accident, d’ une insécurité sociale, d’une violence sexuelle ou d’une affection grave. Lorsqu’ un individu se trouve dans l’un de ces états, il risque de devenir syllogomane. Cela commence par une diminution de l’attention et une perte de mémoire.

L’accident et le choc

Ces deux éléments sont parfois inséparables. Un accident est un fait non souhaité qui entraîne des dommages et/ou des blessures vis-à-vis des biens, des personnes ou de l’environnement. Par conséquent, la victime est involontairement attaquée par le choc et le trouble nerveux débute facilement. Si ce trouble mental persiste, la victime deviendra une malade inconsciente et pourra effectuer des actes non-considérables (comme déranger l’espace de vie sans raison, crier à haute voix, manger des aliments sales, frapper ses alentours à coups secs, etc.).

La condition de vie insalubre

Une bonne éducation parentale et sociale est parfois la base d’un mode de vie sain. Donc, les parents et la société doivent apprendre à leurs enfants à vivre dans de bonnes conditions. En voici quelques exemples :

– se laver régulièrement le corps ;

– pratiquer de la lessive, selon sa possibilité ;

– ranger sa petite chambre ;

– faire de petits services ménagers ;

– se nourrir sainement ;

– travailler dans un espace propre et convivial ;

– utiliser des équipements propres ;

– etc.

En adoptant ces bons gestes, un enfant ne risquerait pas d’être atteint de syllogomanie ou d’autres troubles mentaux.

L’insécurité sociale

L’insécurité sociale risque de dégrader la situation psychologique d’un individu ; notamment les problèmes quotidiens, les maladies graves, la dépression, la vieillesse, etc. C’est dans cet état que les problèmes de l’inconscience et le trouble mental surviennent.

La violence sexuelle et l’affection grave

En général, la majorité des jeunes filles, ou femmes, victimes de violence sexuelle éprouvent des troubles inconsciemment. Ainsi, elles présentent des comportements d’évitement, de stress post-traumatique, de la peur, de l’hypersensibilité, etc. Elles considèrent parfois qu’elles sont indignes de jouir de leurs droits ou de revivre leur situation précédente. Il en est de même pour les personnes qui ont été soumises à une affection grave.

Comment savoir si une personne est atteinte de la syllogomanie ?

Une personne est sûrement atteinte de syllogomanie lorsqu’on constate chez elle la présence de l’un ou de tous les éléments suivants :

– elle ne veut pas jeter des objets quasiment inutiles ;

– elle accumule volontairement des objets dont la majorité des utilisateurs n’y trouvent pas leur intérêt ;

– elle encombre son espace de vie sans l’intention de l’arranger après ;

– elle ressent par contre, la souffrance et l’inconfort causés par cet entassement d’objets.

Comme le cas des frères Collyer à New-York, en 1947, leur maison avait été transformée en parc de poche à cause d’une incendie provoquée par l’accumulation de 136 tonnes de 25 000 vieux livres en désordres dans leur appartement. Ils moururent d’une embuscade qu’ils avaient installée eux-mêmes dans leur logis, pour empêcher les voleurs.

La relation entre un syllogomane et ses alentours se détruit peu à peu. En fait, il a besoin de soutien comme toute personne en situation de handicap. D’ailleurs, la syllogomanie peut être traitée par la psychothérapie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*